5 idées préconçues sur les enfants dys. ….et toutes les autres ….

Cela fait presque 20 ans ( oh la la ça ne me rajeunie pas Winking smile) que j’accompagne des enfants avec troubles d’apprentissage dans leur scolarité ,leur vie quotidienne mais aussi leurs loisirs même leur vie professionnelle pour certains .

 

20 ans que je me rends aux équipes éducatives de ces enfants ou aux réunions pédagogiques afin d’expliquer au mieux les difficultés dont ils souffrent mais aussi et surtout leurs points forts et leurs particularités .

20 ans que j’explique aux parents  les besoins particuliers de leurs enfants .

20 ans que j’essaye de les aider dans cet accompagnement et dans la compréhension de leur fonctionnement .

 

Mais aussi 20 ans que j’explique à ces même enfants que non ils ne sont bêtes , que non ils ne sont pas moins intelligents , que non ce n’est pas une tare et que oui ils pourront suivre une scolarité comme leurs copains .

Mais je leur explique aussi que les moyens qu’ils utiliseront ne seront peut être pas les mêmes que ceux de leurs amis ….mais que toutes les routes mènent à Rome !

 

Bien qu’aujourd’hui les troubles d’apprentissages soient plus connus , plus étudiés et mieux diagnostiqués ,  certaines idées ont la vie dure et persistent .

Avoir un enfant différent est assez compliqué à appréhender mais l’handicap moteur , sensoriel et même mental se VOIT et est reconnu .

Mais qu’en est il de cet handicap invisible dont souffrent mes enfants et les vôtres ?

 

En tant qu’ergothérapeute les troubles d’apprentissage sont pour moi connus et très bien intégrés .

Mais quelle difficulté en tant que maman même formée !

Même si la dyslexie ( en l’occurrence le trouble d’apprentissage de mes deux enfants) est connue et bien prise en charge , que dire à mes enfants sur la  lourdeur du chemin à parcourir ?Sur les obstacles qu’ils leur  faudra dépasser? Sur les difficultés au quotidien qu’ils vont découvrir?

Même formée , je reste une maman avec ses failles et ses faiblesses .

Alors c’est pour cela que j’essaye au quotidien de me battre contre certaines idées tenaces sur les aptitudes de nos enfants .

 

1- Les enfants dyslexiques et /ou dyspraxiques /tda … ne travaillent pas assez?

Alors  s’il y a un domaine ou nos enfants sont les champions du monde c’est dans leur volume de travail .

Pour un enfant sans trouble d’apprentissage qui travaille 30 minutes sa leçon le soir , les nôtres y passent le double de temps et pour tout arranger sont obligés d’y revenir au moins une à deux fois de plus .

Et comme le passage par la lecture est difficile , pour la plupart ils ont besoin d’être aidés par un des parents( si c’est possible ).

Sans parler des reformulations nécessaires pour qu’ils comprennent le sens de la leçon ou des astuces à mettre en place pour qu’ils la retiennent ( voir article sur les différents types de mémorisations https://dys-et-performants.com/comment-aider-vos-enfants-a-memoriser-leurs-lecons/)

Et comme le bonheur n’arrive jamais seul , quand le jour de l’évaluation arrive, ils ont souvent une note qui ne reflète pas tout le travail effectué !!

Alors non nos enfants travaillent mais c’est dur , difficile et souvent non récompensé !!

 

2- Les enfants avec troubles d’apprentissages se cachent derrière leurs troubles ?

 

 Comme toute personne qui rencontre des difficultés ; les enfants ne sont pas idiots et choisissent de préférence les chemins les plus faciles .

Mais pour eux, même les chemins faciles sont semés d’embûches !!

Et pas des moindres !

Quel enfant aimerait étudier sa leçon et se rendre compte le lendemain qu’il ne s’en rappelle pas ?

Qui aimerait recommencer trois fois les mêmes exercices pour être sûr d’avoir compris mais échoue à l’évaluation car dés que l’énoncé n’est pas le même la compréhension du problème est compliquée ?

Qui a envie de passer deux heures le soir avec son père ou sa mère à travailler un exercice de math plutôt que se détendre ?

Alors NON nos enfants ne se cachent pas derrière leur trouble d’apprentissage et OUI quelquefois ils en ont assez , ils aimeraient être des enfants et juste  JOUER  …

 

3- Les professeurs ne font pas d’efforts pour aider nos enfants ?

 

Au risque d’attirer les foudres des parents ou des enseignants je pense que la question n’est pas aussi tranchée .

Oui il y a des enseignants , tout niveaux confondus qui ne s’investissent peut être pas assez auprès de nos enfants à besoins particuliers .

Oui pour certains établissements le PAP  et le PPS sont une vue de l’esprit et sont difficilement appliqués .

Oui le suivi et les adaptations pour nos enfants pourraient dans certains cas être meilleurs .

Mais non tout le système éducatif n’est pas hostile à l’accompagnement des enfants dans la majorité des cas .

 

Beaucoup d’enseignants adaptent leurs contenus et leurs documents pour que les apprentissages se fassent au mieux .Certains même n’ont pas attendus la mise en place d’un PAP pour adapter et ont été à l’initiative de diagnostic d’enfants .

Mais ils ne sont pas souvent cités ou remercies ou mis en lumière .

 

Nous avons tous tendance à mettre en exergue ce qui ne va pas , ce qui devrait être fait mais avons du mal à souligner les bonnes pratiques ou initiatives .

 

En tant que parent , nous nous soucions de NOTRE enfant mais un enseignant en à plus qu’UN il en a au moins 25 dans le meilleur des cas .

Et tous ont des besoins particuliers , propres à leurs fonctionnement.

Et ils sont assez peu accompagnés disons le !

Les outils ou les aménagements  spécifiques des enfants avec troubles d’apprentissage sont assez variés et complexes pour certains .

Il nécessite un accompagnement parfois spécifique ( par exemple pour les synthèse et les dictées vocales ) .La formation continue des enseignants  intègre ses accompagnements particuliers mais assez peu par rapport aux besoins .

Alors parfois c’est à nous parents , rééducateurs à aider dans la mesure du possible nos enseignants .

Le couple enseignant –parent doit regarder dans la même direction et ne pas s’opposer dans la mesure du possible .

En tant qu’ergothérapeute j ‘essaye d’aider le plus possible les enseignants des enfants que j’accompagne en leur donnant des astuces ,des outils .

Mais je sais en tant que maman que quelquefois cela ne suffit pas et que malgré tout le chemin sera long et compliqué !

Que parfois on gagne une bataille mais pas la guerre!

 

4- Les enfants dys sont fainéants

Fainéants je ne crois pas bien au contraire.

Les enfants avec troubles d’apprentissage ont des plannings de ministre avec des prises en charge très tôt en orthophonie,orthoptie ,ergothérapie , psychologue pour la plupart et même soutien scolaire.

Qui accepterait d’aller après son travail travailler 30 minutes les muscles de ses yeux , ou travailler la lecture ?

Qui choisirait d’aller voir l’ergothérapeute le mercredi après midi ou son psychologue plutôt que de jouer au foot avec les copains ?

Qui sacrifierait une semaine de vacances au mois d’août pour réviser avant de rentrer dans la classe supérieure ?

Tous ces sacrifices mes enfants les ont faits et les vôtres aussi sûrement .

Ce n’est pas pas choix mais par nécessité voir obligation .

C’est pour essayer de leur donner toutes les chances et moyens pour arriver à avoir une scolarité “normale”.

Pour acquérir des méthodes de travail , de lecture indispensables à leurs apprentissages .

Alors NON nos enfants ne sont pas fainéants …bien au contraire ils sont Persévérants , Tenaces ,Conciliants même par rapport à tout ce qu’on leur demande .

 

5- Les enfants avec des ordinateurs ou des auxiliaires de vie scolaire sont avantagés

 

La mise en place d’un accompagnement par une auxiliaire de vie est soumise à une réflexion pluridisciplinaire et à l’analyse des bilans des différents rééducateurs des enfants .

Le choix de l’auxiliaire de vie n’est pas facile à accepter par l’enfant mais aussi par les parents .

Cela renvoie à une impression ( fausse ) de ne  pas être capable tout seul d’accéder aux apprentissages .

Nombre d’enfants refusent cet accompagnement alors que celui ci serait bénéfique pour la poursuite de la scolarité .

L’auxiliaire de vie est là pour suppléer une difficulté mais en aucun cas à dispenser l’enfant d’étudier , d’explorer et de travailler .

 

La mise en place de l’outil informatique et de logiciels spécifiques est aussi soumise à l’analyse d’un bilan en ergothérapie .

Celui ci n’est pas un avantage ni un cadeau mais  un outil nécessaire et indispensable pour certains enfants .

Celui ci remplacera l’écriture manuscrite illisible pour certains enfants , compensera leurs maladresses des outils scolaires ( avec un logiciel de géométrie) mais ne remplacera en aucun cas l’apprentissage de leur leçon .

Il permettra aux enfants d’être évalués pour leurs compétences et non pour leurs troubles.

 

Si une image est à prendre pour expliquer aux enfants l’utilité des ordinateurs et/ou des auxiliaires de vie, on pourrait comparer cet outil aux lunettes indispensables aux enfants myopes .

Il ne nous viendrai pas à l’idée de remettre en doute le besoin de cet accessoire pour une majorité d’enfants et d’adultes !!

Alors faisons de même pour toutes ces adaptations et outils indispensables pour une poursuite de la scolarité de nos enfants.

 

La liste des idées préconçues est bien sûr beaucoup plus longue mais celles que j’ai choisies sont celles qui reviennent le plus souvent et qui surtout ont eu un impact majeur sur mes enfants , celles entendues à maintes reprises .

 

Celles qui font mal , qui agressent , qui abîment l’estime de soi et leur capacités ,leur confiance en eux et par ricochet …NOUS font parfois  douter d’eux .

 

 Ayez confiance en vos enfants et en leurs aptitudes , Soutenez les Encouragez les , Accompagnez les , Aimez les … mais Surtout Ne Doutez jamais D’eux .

 

Au plaisir de vous lire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •